L’Histoire de la Filature

La filature de Ligugé, ancien fleuron industriel de la Vienne

L’ancienne filature de Ligugé est propulsée au 2e rang dans la Vienne, derrière la Manufacture d’armes de Châtellerault, grâce à l’explosion du marché du textile dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Si elle résiste aux guerres mondiales, l’effondrement de la filière textile en 1950 exige une reconversion partielle. Une unité de fabrication de pots de yaourts en carton paraffiné maintient l’activité jusqu’au début des années 1970. Suite à la faillite en 1976, puis à l’abandon définitif du site en 1982, s’en suivent 30 années de friche industrielle pendant lesquelles le site devient dangereux faute d’entretien. Lorsque la collectivité envisage une démolition complète, les propriétaires lancent en 2007 un ultime appel à qui pourrait sauver la filature. L’histoire des Usines commence ici !

Retrouvez toute l’évolution chronologique de la filature

Les Usines d’aujourd’hui

L’histoire fondatrice des Usines et de l’association AY128, qui les coordonne, repose sur la rencontre des quatre fondateurs autour du sauvetage de l’ancienne filature de Ligugé. Abandonné depuis 1982, le site était devenu dangereux faute d’entretien et, pour autant, continuait d’être très fréquenté par les curieux et les artistes locaux. Aucune solution de réhabilitation ne semblait possible, amenant la collectivité à envisager une démolition complète. Mobilisés dès 2007, Cyril Chessé, Franck Courtioux, Christine Graval et Denis Meunier rêvent d’en faire un lieu qui accueille et donne vie à des projets d’entreprises vertueuses pour le territoire, de réhabiliter le site et de l’inscrire à l’inventaire du patrimoine industriel, de développer un lieu vivant convivial hybride, stimulant, encourageant l’entreprise et la créativité.

En 2011, ils deviennent officiellement les propriétaires du site et débute les premiers chantiers de réhabilitation. Le projet est audacieux : utiliser les 2 hectares de la friche industrielle pour créer un projet économique, social et culturel d’un genre nouveau alliant travail, qualité de vie et lien humain. Premier tiers-espace du genre en région Nouvelle-Aquitaine, Les Usines Nouvelles ouvrent enfin leurs portes en 2013. Elles se distinguent par la rupture avec les logiques de silos classiques, favorisent le décloisonnement des secteurs d’activité, le mixage des types de structures et le partage des connaissances. Il s’agit d’un lieu polymorphe de créativité et de production qui explore un nouveau rapport au travail, permet de créer des rencontres et accueille une réelle diversité. Aujourd’hui, elles sont devenues Les Usines et sont reconnues au niveau national comme un modèle de transversalité.

Les Usines de demain

Les Usines répondent à une réelle attente sur le territoire. Pour preuve, les bureaux et ateliers affichent complet. Une nouvelle opération de rénovation est actuellement en cours afin d’ouvrir des espaces de travail supplémentaires et accueillir de nouveaux porteurs de projets en 2020.

Les Usines en chiffres

Naviguez dans l’histoire des Usines