Un lieu d’expérimentation environnementale économique et sociétale transversal

Cliquez ici pour découvrir les actualités du Laboratoire d’expérimentation économique et sociale

LES USINES devient le nom du projet transversal, coordonné par l’association AY 128. Elles sont nées de la rencontre des quatre fondateurs Cyril Chessé, Franck Courtioux, Christine Graval et Denis Meunier ; mobilisés dès 2007 pour tenter de sauver l’ancienne filature de Ligugé. Ils sont convaincus que cette friche industrielle, si ruinée soit-elle, constitue un levier de développement puissant.

APRÈS 4 ANS DE DÉMARCHES COMPLEXES ET DE NÉGOCIATIONS, LA PREMIÈRE PIERRE EST ENFIN POSÉE.

L’usine est protégée Monument Historique en 2012.

UN NOUVEAU RAPPORT AU TRAVAIL

Les Usines ouvrent en 2013 autour d’une ambition audacieuse : utiliser les 2 hectares du site pour créer un projet économique – social – culturel d’un genre nouveau alliant travail, qualité de vie et lien humain. Associable à un laboratoire concret de recherche-action, il explore un nouveau rapport au travail, dans un cadre architectural et naturel remarquable et inspirant.

25 structures y sont hébergées, dans des secteurs d’activité aussi différents que nouvelles technologies, art et culture, environnement, économie sociale et solidaire, artisanat. Elles viennent s’amalgamer à la dynamique associative très forte portée par AY 128, garante de la cohérence du projet global et de l’exploration de nouveaux champs d’expérimentation.

Travailler autrement

Atypique dans leur organisation, Les Usines se distinguent par la rupture avec les logiques de silos classiques. Elles sont reconnues au niveau national comme modèle de transversalité très poussées et citées en exemple. Dans ce lieu polymorphe de créativité et de production, la gouvernance non pyramidale est favorisée au même titre que la coopération, la mutualisation des moyens, des réseaux et des compétences.

L’éco-système du lieu, riche par sa diversité, constitue « l’aimant » du processus inclusif qui tend année après année à attirer des nouvelles compétences. Il est basé sur des principes simples de collaboration, d’entraide, d’ouverture, de souplesse et de bienveillance, connectés aux enjeux de développement économique, sociétaux et personnels.

IL EST BASÉ SUR DES PRINCIPES SIMPLES DE COLLABORATION, D’ENTRAIDE, D’OUVERTURE…

Curieux, entrepreneurs, artistes, étudiants, chercheurs, enseignants, bricoleurs, qui n’auraient pas forcément eu vocation à se croiser dans d’autres circonstances, peuvent s’y rencontrer, s’ouvrir à des domaines nouveaux au contact des autres, monter en compétences, en savoirs, en échanges, en réseau, trouver sa place, se réaliser.

Sans concurrence avec les systèmes plus classiques, ce modèle est un complément important pour permettre à des citoyens, qui ne se retrouvent pas dans les formes traditionnelles, de se lancer, d’expérimenter hors du cadre, d’accéder à des locaux de travail, de créer leur propre emploi en adéquation avec ce qu’ils sont.