BocUp explore l’univers de la cuisine récréative et vivante

Malgré une année difficile en termes de projection et de nouvelles perspectives, 2020 a tout de même été une année marquée par de nouveaux beaux projets. C’est le cas avec BocUp, un projet innovant qui nous invite à explorer la cuisine vivante de manière ludique.
En effet, BocUp nous propose divers outils et animations autour de la cuisine vivante : simplicité, créativité et zéro déchets sont au rendez-vous !

BocUp, c’est quoi plus précisément ?
Le projet germe avec le fameux système de la cloche BocUp. Un système innovant qui permet de mettre des bocaux sous-vide de manière simple et autonome.
Mais le projet ne s’arrête pas là. L’équipe BocUp vous propose également des ateliers autour de l’alimentation, des moments de convivialité et de partages ou encore des ateliers d’écritures et d’impression en risographie pour vous aider à créer vos supports en tous genres ( supports de communication, livrets de recettes, objets éditoriaux originaux…)

Soutenez le projet Bocup avec J’adopte un projet

Le projet Bocup vous plait et vous avez envie d’y apporter votre contribution ? Rendez-vous sur J’adopte un projet pour retrouver toutes les informations sur le projet !

Entrevue avec Pascal Behar, membre de l’équipe BocUp

Afin d’en savoir un peu plus sur ce projet, nous avons rencontré Pascal Behar, membre de l’équipe BocUp, à qui nous avons posé quelques questions.

D’où est née l’idée du projet BocUp ? Quel en était l’objectif ? 

Pascal Behar : « Étant donné que les gens ne sont pas véritablement acteurs de leurs envies, j’ai voulu imaginer un moyen à travers lequel nous pourrions reprendre un certain contrôle. Pour moi, l’alimentation est un excellent outil pour pallier cette perte de maîtrise. Par l’alimentation, nous pouvons redevenir d’une certaine manière acteur de nos envies, en nous préparant à manger ou en mangeant bien par exemple. En fait, en étant tout simplement créatif à travers l’alimentation.
Dans mon boulot, cet aspect là était tellement morose, qu’il fallait pour moi trouver un moyen de redynamiser et réenthousiasmer tout ça. J’ai donc imaginé une sorte de totem : le totem bocal. Un outil qui permettrait aux gens de réapprendre à faire, réapprendre à partager.” 

Comment s’est développé le projet par la suite ?

Pascal Behar : « Après cette idée de totem bocal, il fallait trouver une solution pour que l’on puisse mettre ses bocaux sous-vide. J’ai donc imaginé un système de cloche qui permettrait de mettre son bocal sous-vide de manière simple et autonome. Les premiers résultats n’étaient pas très concluants, mais avec l’équipe du fablab des Usines on a cherché des solutions, fait des prototypes. Avec eux, les idées fusent, et c’est super intéressant de travailler ensemble. Ils ont participé au projet de façon technique, c’est-à-dire en termes de compétences mais aussi en termes d’énergie. Après toutes ces étapes, le système de cloche commençait à fonctionner. Je suis par la suite allé voir d’autres personnes, comme David Grimaldi – O’ ptit bois,  tourneur sur bois, avec qui nous avons également fait des tests.
Après l’approche d’innovation sociale, il fallait aborder le projet sous l’angle financier et économique. Avec le covid 19, les confinements et tout ce qui s’en est suivi,  la production  fut compliquée et n’a pas pu se faire au fablab des Usines. D’autres partenaires sont entrés en jeu et nous sommes partis sur de l’industrialisation à petite échelle. Ensuite, Flore (Flore Marquis –  Risolution NDLR) s’est occupée du packaging. « 

Quel rôle ont joué Les Usines et les personnes qui y travaillent dans le projet BocUp ?

Pascal Bahar :  « Aux Usines, ça grouille toujours d’idées. On est tombé sur la solution sans vraiment faire exprès. Il y a aussi des rencontres extérieures,  avec des professionnelles, pour faire avancer le projet bien évidemment. Mais la facilité pour rencontrer ces derniers était clairement en lien avec le réseau des Usines. D’autres personnes des Usines sont venues se mêler à l’aventure. Le soutien de chacun est venu apporter  un certain enthousiasme au projet. Je pense que c’est aussi ce qui lui a permis  de fonctionner. Aux Usines, je pense qu’il y a le souci de se rendre service mutuellement  mais aussi de « se rendre l’appareil ». J’ai le sentiment que c’est aussi grâce à cette entraide que plusieurs projets aboutissent. »

Plus précisément, comment est intervenue l’équipe du fablab dans le projet BocUp en terme de technicité ?

BocUp a fait appel au fablab des Usines afin de conceptualiser le système de cloche. L’accompagnement s’est déroulé en trois rendez-vous de trois heures ; avec comme objectif la définition d’un cahier des charges composé des éléments suivants :

  • ébauche et dessins techniques
  • caractérisation des matériaux
  • recherche de processus de fabrication et solutions techniques
  • échange sur la mise en place d’atelier et de partenariat

Aujourd’hui ce projet connait un franc succès avec l’envie de (re)donner du sens à l’alimentation en favorisant une cuisine simple et vivante et attiser la créativité et la convivialité pour que chacun.e puisse se nourrir de saveurs et de liens !